L’Acupuncture: Bienfaits, définition et pratique

Pratiquer l'acupuncture

L’acupuncture est un art ancestral chinois qui fascine autant qu’elle intrigue. À l’aide d’aiguilles, elle aide à traiter un grand nombre de maux et apporte bien-être et apaisement. Qu’est-ce que l’acupuncture ? Comment fonctionne-t-elle ? Quels sont les bienfaits de l’acupuncture ? Comment choisir son praticien ? Nous tentons aujourd’hui de répondre à toutes ces questions sur l’acupuncture et ses principes.

Qu’est-ce que l’acupuncture ?

L’acupuncture est une approche de la médecine traditionnelle chinoise. Le terme « acupuncture » provient de la langue jésuite, après la découverte de la médecine traditionnelle chinoise par ce peuple au cours du XVIe siècle. À l’origine, cette pratique médicinale portait le nom de Zhen Jiu, qui se traduit par « l’art des aiguilles en métal ». L’acupuncture est un art taoïste : un art thérapeutique traditionnel se basant sur son induction curative, ainsi que sur la perception énergétique taoïste de l’être humain et son rapport à l’univers.

Cette pratique est très ancienne et permet de traiter des troubles, douleurs et maux grâce à des  aiguilles disséminées sur des zones spécifiques du corps, en fonction des symptômes et particularités des patients. Ces aiguilles ont pour but de stimuler les points du corps où circulent les méridiens énergétiques, les vecteurs de l’énergie vitale. Les aiguilles agissent sur les nerfs présents à la surface de la peau afin d’influencer les tissus, les glandes, les organes et les différentes fonctions corporelles.

Grâce à la pratique de l’art des aiguilles en métal, on aide le Qi (l’énergie) à retrouver son équilibre. Et ce, dans le but d’améliorer le bien-être du patient, de combattre ses troubles, maux et douleurs. L’acupuncture permet aussi de réduire les risques de développer certaines maladies.

Les différents points d’acupuncture se situent au niveau des tissus conjonctifs, des nerfs et des muscles. L’insertion des aiguilles dans ces points permet de stimuler le flux sanguin et de déclencher l’activité analgésique de l’organisme. C’est ainsi que l’acupuncture fonctionne pour soulager les douleurs, les symptômes et les troubles.

Les principes de l’acupuncture

En médecine chinoise traditionnelle (discipline holistique) et en acupuncture, le praticien voit la maladie et les troubles de son patient comme une conséquence d’un déséquilibre entre deux forces complémentaires : le Yin et le Yang. Le Qi, l’énergie vitale, traverse les méridiens du corps. Ceux-ci sont accessibles par le biais de trois cent cinquante points d’acupuncture répartis sur l’ensemble du corps. Ainsi, pour équilibrer ces forces et le Qi, il faut stimuler certains de ces points à l’aide des aiguilles.

La manière de pratiquer l’acupuncture est propre à chaque praticien (ou médecin-acupuncteur), bien qu’ils soient tous formés sur une même base. Il faut retenir que la philosophie taoïste est avant tout une façon de vivre, basée sur les principes de la MTC.

La stimulation des méridiens se fait traditionnellement par des aiguilles en métal souples. Toutefois, on peut aussi avoir recours aux bâtonnets d’armoise, aux aimants, aux ventouses (Ba Guan Zi), au laser ou encore, à l’électricité (acupuncture électrique). En acupuncture, on a aussi recours à la moxibustion, une technique consistant à stimuler les méridiens et points à l’aide de la chaleur.

À qui s’adresse l’acupuncture ?

Globalement, l’acupuncture s’adresse à tout le monde. Il n’y a pas d’âge minimum requis pour recevoir des soins d’acupuncture. D’ailleurs, cette discipline holistique (méthode au laser) est reconnue comme bénéfique pour les bébés, afin de favoriser leur sommeil ou les aider à mieux se développer. Cette pratique peut intervenir dès la phase embryonnaire, sur les femmes enceintes pour favoriser les échanges placentaires ou simplement pour traiter les maux de la grossesse.

L’acupuncture s’adresse généralement aux personnes stressées, aux personnes sujettes aux douleurs, aux troubles du sommeil ou encore, aux personnes en convalescence. On la recommande aussi aux personnes souffrantes d’une pathologie fonctionnelle (liée au dysfonctionnement d’un organe).

Des contre-indications à l’acupuncture ?

Il existe très peu de contre-indications à l’acupuncture, qui reste une médecine douce et généralement complémentaire aux traitements médicaux. Les personnes très fragiles peuvent toutefois solliciter un avis médical avant de se rendre à une séance d’acupuncture. Il s’agit essentiellement des personnes sujettes aux traitements lourds, des personnes âgées ainsi que des immunodéprimés. Si elle est douce et inoffensive, cette médecine traditionnelle peut être à l’origine de bouleversements internes engendrés par le rééquilibrage des énergies. Ces bouleversements sont tout à fait bénins, mais ils peuvent être difficiles à supporter pour les personnes à la condition physique fragile.

Il en est de même pour les personnes qui rencontrent une fatigue passagère intense, ainsi que pour celles qui souffrent de troubles lésionnels (maladies graves qui s’attaquent aux organes). L’acupuncture cible uniquement les troubles fonctionnels, mais elle peut aider à soulager les effets secondaires des traitements allopathiques.

Dans quels cas de figure emploie-t-on l’acupuncture ?

L’acupuncture est une médecine douce traditionnelle employée dans une grande diversité de situations. Ses domaines d’application et ses indications sont multiples :

  • soulager les douleurs localisées à la tête : maux de tête, névralgies, migraines, fibromyalgie, douleurs dentaires ;
  • soulager les douleurs articulaires, dorsales, cervicalgies, lombalgies, torticolis, entorses, sciatiques, arthroses ;
  • réduire les nausées, vomissements, allergies ;
  • réduire la hausse ou la baisse de la pression artérielle ;
  • soulager les douleurs de règle, les symptômes de l’endométriose et traiter les troubles de la fertilité ;
  • accompagner le traitement des affections ORL (oreilles, gorge, nez) ;
  • soulager les symptômes des maladies de peau ;
  • contrer les pathologies digestives comme la hernie hiatale ainsi que les pathologies hépatiques (foie) ;
  • soulager les symptômes de la grossesse ;
  • arrêter de fumer, stopper l’alcool ou la consommation d’autres substances ;
  • soulager les troubles digestifs, la constipation, les symptômes de la maladie de Crohn ;
  • perdre du poids ;
  • régler les soucis d’incontinence urinaire ;
  • traiter les troubles du sommeil, l’insomnie et les difficultés d’endormissement ;
  • réduire le stress, l’anxiété et la dépression ;
  • etc.

Il s’agit ici d’une liste non exhaustive des principales indications de l’acupuncture. Cette médecine douce peut traiter bien d’autres maux : n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin avant de vous lancer.

Les bienfaits de l’acupuncture

Quels sont les bienfaits de l’acupuncture ?

L’acupuncture pour diminuer le stress

Les perturbations quotidiennes que nous sommes amenés à rencontrer provoquent des « embouteillages » énergétiques ou des atteintes d’organes, qui se traduisent souvent par différents symptômes comme l’anxiété, les insomnies, le stress, l’énervement, l’irritabilité, etc. Le praticien-acupuncteur peut rechercher le déséquilibre énergétique qui se cache derrière le stress à l’aide d’un bilan approfondi, au cours duquel il analyse tous les sentiments du patient : colère, peur, angoisse, chagrin, etc.

Certains points d’acupuncture ont une action apaisante reconnue, comme le 14VC (sous le sternum) ou le 7C (face interne du poignet). Toutefois, il n’y a pas de schéma universel : chaque situation de stress nécessite un traitement personnalisé.

L’acupuncture durant la grossesse

L’acupuncture est une médecine douce et naturelle qui permet de soulager de nombreux maux liés à la grossesse. Et dans ce domaine, ses indications sont multiples :

  • Soulager les troubles circulatoires. Ils apparaissent souvent aux alentours du troisième trimestre : hémorroïdes, vaisseaux qui éclatent, jambes lourdes, etc. En énergétique, ces maux traduisent un excès de yin que l’acupuncteur traite.
  • Calmer les nausées. Les nausées se manifestent le plus souvent durant les trois premiers mois de grossesse, parfois plus. La circulation de l’énergie peut être améliorée dans les méridiens vésicule biliaire et foie afin de réduire ces symptômes.
  • Traiter les troubles du sommeil. L’acupuncture peut aider à favoriser l’endormissement chez la femme enceinte et à traiter les troubles du sommeil courant de la grossesse.
  • Préparer le périnée. Durant les dernières semaines avant le terme, l’acupuncture peut aider à préparer et à détendre le périnée en vue de l’accouchement.
  • Provoquer l’ouverture du col de l’utérus. La préparation du col à l’accouchement fait partie des grandes indications de l’acupuncture en fin de grossesse. Les aiguilles aident à réduire l’anxiété face à l’accouchement et à réduire le seuil de perception de la douleur, en plus d’accélérer l’ouverture du col.

L’acupuncture pour contrer les douleurs

L’acupuncture démontre une grande efficacité contre les problèmes locomoteurs et leurs douleurs : migraines, arthrite, arthrose, tendinites… Elle traite les douleurs locales et référées, qu’elles soient récentes ou chroniques. On l’utilise face aux douleurs tendino-musculaires, articulaires, ligamentaires… Mais également contre les douleurs organiques et/ou profondes.

Cette branche de la médecine traditionnelle chinoise ne se substitue pas aux traitements médicaux, mais elle apporte un certain bien-être et un accompagnement précieux face à ces douleurs multiples et variées, que nous avons plus amplement détaillées dans un point précédent. Elle fait partie des médecines complémentaires qui soulagent une grande diversité de patients, atteints de troubles, problèmes et douleurs très différents. D’ailleurs, l’acupuncture favorise la détente et la relaxation musculaire. Le tout, sans effets secondaires !

L’acupuncture pour traiter les problèmes érectiles

L’acupuncture est une solution naturelle pour traiter les troubles érectiles qui peuvent avoir de multiples origines, dont la majeure partie est psychologique. Les traitements qui ciblent les causes organiques progressent chaque année. Toutefois, les solutions qui ciblent plus spécifiquement les causes psychogènes sont moins nombreuses. Les hommes qui reçoivent un traitement d’acupuncture contre les troubles érectiles sont nombreux à connaître une amélioration de leur fonction érectile. Et ce, en parallèle d’un traitement médicamenteux adapté. Ici, l’acupuncture est complémentaire et portée sur la psychologie du patient.

L’acupuncture pour arrêter de fumer

L’acupuncture est un traitement complémentaire particulièrement efficace pour arrêter de fumer, notamment si elle est associée aux solutions courantes comme les TCC, les médicaments ou les substituts nicotiniques. Aujourd’hui, l’acupuncture est un complément qui aide à agir sur le stress des personnes. Elle permet de s’intéresser au besoin (vide énergétique) des patients à placer une énergie Feu dans leurs poumons. Des preuves scientifiques supplémentaires sont nécessaires ici, mais les données disponibles jusqu’à présent ne permettent pas d’affirmer que l’acupuncture n’est pas d’une réelle efficacité sur l’arrêt du tabagisme. De nombreux anciens fumeurs sont persuadés que l’acupuncture leur a apporté une aide précieuse, voire déterminante. La volonté et les croyances des patients sont essentielles ici, bien que l’acupuncture ne remplace pas l’accompagnement d’un médecin.

L’acupuncture pour perdre du poids

L’acupuncture ne possède pas d’effet amaigrissant à proprement parler. Elle ne s’adapte pas non plus au dysmétabolisme. Toutefois, elle permet de remettre l’énergie interne en mouvement, et en accord avec les énergies externes. En outre, elle favorise aussi la relance de la circulation au sein des méridiens, ce qui favorise le fonctionnement optimal de l’ensemble des organes. Les fonctions digestives et métaboliques en sont alors grandement améliorées. On peut donc avoir recours à l’acupuncture en complément d’une hygiène de vie saine composée d’une alimentation équilibrée et d’une pratique sportive adaptée. L’usage de l’acupuncture dans ce domaine permet également de moduler et de mieux réguler l’appétit, ce qui permet un meilleur contrôle de soi.

L’acupuncture pour ses effets réparateurs et modulateurs

L’acupuncture peut agir de bien des façons sur l’organisme. Elle favorise notamment les mécanismes intrinsèques de réparateur de notre corps. À ce titre, elle stimule l’oxygénation des cellules, la circulation locale, la régénération tissulaire ou encore, la réparation cellulaire. En outre, cette branche de la médecine douce agit sur notre système immunitaire grâce à ses effets modulateurs, notamment chez les personnes anxieuses.

Comment choisir un acupuncteur ?

Bien choisir son acupuncteur est essentiel. Un bon acupuncteur est un praticien ayant reçu une formation complète en la matière. Cette profession est strictement réglementée. Les médecins-acupuncteurs doivent être titulaires d’un doctorat en médecine, bien que de nombreuses formations privées ont vu le jour. L’acupuncture traditionnelle est inculquée et pratiquée par les thérapeutes formés d’après les textes anciens. Ils partagent donc une vision commune de l’esprit ainsi que de la pratique des médecins chinois d’antan.

Le bouche-à-oreille et le recours à un intermédiaire de confiance pour le choix de votre acupuncteur sont aussi un gage de qualité. Enfin, vous pourrez rapidement évaluer les compétences de votre acupuncteur aux résultats obtenus à la suite de vos séances d’acupuncture.

Pour les femmes enceintes, certaines sages-femmes sont spécialisées dans l’acupuncture et se concentrent uniquement sur le traitement des troubles et maux de la grossesse. Dans tous les cas, la grossesse doit faire l’usage d’une acupuncture appropriée en raison du risque de fortes contractions utérines. Il ne faut pas stimuler certains points après le troisième mois de grossesse.

Comment se déroule une séance d’acupuncture ?

Lors de votre première séance d’acupuncture, le praticien pose des questions à son patient afin de le connaître, de connaître son profil énergétique, les motivations de sa démarche et les problématiques rencontrées. Il pose ainsi un diagnostic énergétique « les 8 temps » ou 8 principes. Ces derniers désignent huit catégories : Chaleur Froide, Surface Intérieur, Plénitude Vide et bien sûr, Yin et Yang. Le praticien relève les pouls chinois utiles à l’obtention du bilan énergétique, et réalise une première observation corporelle. Ensuite, il passe à la pratique en déterminant les points utiles à stimuler.

L’usage des aiguilles se fait directement sur les points d’acupuncture. Cela permet de remplir le méridien en ouvrant celui-ci (tonification) ou en favorisant la circulation du Qi (dispersion).

Le temps nécessaire à la pose des aiguilles varie en fonction de l’âge de la personne, de la saison et du nombre d’aiguilles à poser. Il est de vingt à trente minutes dans la plupart des cas, mais il peut être plus long.

La stimulation des points d’acupuncture peut aussi se faire par d’autres méthodes : shiatsu, massage tuina, pression, ventouse, chaleur ou lumière. Quant à la fréquence des séances, elle varie en fonction de plusieurs critères : âge de la personne, nature des dérèglements énergétiques (chroniques ou aigus), intensité et durée du trouble, etc. En ce qui concerne la douleur provoquée par les aiguilles (et qui inquiète beaucoup de patients), celle-ci est moindre ou inexistante. Si douleur il y a, elle est comparable à celle provoquée par une piqûre de moustique. Une fois posée, l’aiguille ne provoque plus aucune douleur.

Quelle prise en charge pour l’acupuncture ?

Le tarif moyen d’une séance d’acupuncture se situe entre 35 et 70 euros. Pour ce qui est de la prise en charge de la séance, elle dépend de différents critères. L’Assurance maladie ne prend en charge que les honoraires des pratiques conventionnées : l’Acupuncture n’en fait pas partie. Elle est considérée comme une médecine douce, au même titre que la sophrologie, l’ostéopathie et bien d’autres encore.

Toutefois, il arrive que l’Assurance maladie prenne en charge les honoraires d’une séance d’acupuncture, lorsqu’elle est :

  • réalisée par un médecin-acupuncteur conventionné ;
  • prescrite dans le cadre d’un parcours de soins coordonnés.

Si ces deux critères sont réunis, l’Assurance maladie prend en charge 70 % du coût de la séance d’acupuncture par rapport au tarif conventionnel de secteur 1. Toutefois, si le professionnel n’est pas un médecin-acupuncteur (et donc, qui n’est pas conventionné), la Sécurité sociale ne prendra pas en charge vos différentes séances.

En ce qui concerne la mutuelle, tout dépend du niveau de garanties choisi. La mutuelle peut rembourser la part que la Sécurité sociale ne prend pas en charge si le praticien est un médecin-acupuncteur conventionné de secteur 1 ou 2. Si ce n’est pas le cas, plusieurs cas de figure se présentent et dépendent du niveau de garantie de votre contrat :

  • la mutuelle propose un forfait de remboursement par budget défini ou par nombre de séances pour l’année ;
  • la mutuelle ne prend rien en charge.

Quoi qu’il en soit, pensez à vous renseigner auprès de votre organisme. Vous pourrez ainsi connaître à l’avance vos

modalités de remboursement, qu’il soit partiel ou total.

Acupuncture par villes

Retrouvez nos acupuncteurs(trice) en France

5/5 - (1 vote)

Praticiens, testez gratuitement votre visibilité sur internet !

Profitez d'un audit et de conseils pour augmenter votre visibilité, et attirer de nombreux patients à votre cabinet !

Dans la même catégorie

mood_bad
  • Aucun commentaire pour l'instant.
  • Ajouter un commentaire